Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TEXTURE
  • : Site comprenant des comptes-rendus de lectures de livres: recueils de poésie, de nouvelles, romans, essais. Et diverses informations sur la vie littéraire.
  • Contact

LES AUTEURS

 

Recherche

REVUES & EDITEURS

Archives

Categories

15 janvier 2006 7 15 /01 /janvier /2006 23:09

Lettre de Canfranc 

de Michel Baglin.

 

 

 Le livre, superbement illustré par Jean-Marie Tremblay à partir de photographies non moins talentueuses de Serge Sautereau, est en vente dès à présent au prix de 6,50 euros dans toutes les (très bonnes) librairies ou auprès des éditions Rhubarbe, 4 rue Bercier 89000 Auxerre. (ISBN : 2-9523675-4-X, décembre 2005, 55 pages, illustrations n&b).

 

 

 Jean-Marie Perret (Bleu de paille) en écrit ceci :

 C'est une lettre, c'est une errance, un reportage. C'est une méditation sur le temps, le lieu et surtout, pour ce qui nous intéresse, sur la poésie.

 La gare de Canfranc est, sur le versant espagnol des Pyrénées aragonaises, un lieu ordinaire et grandiose, magique et sinistré. L'enquête du journaliste (datée de l'été 2002) et la rêverie du poète se mêlent intimement, pour nous emporter vers autre chose. Qui pourrait être la compréhension totale de ce que nous sommes : êtres inachevés dans un monde en suspens. Rien de moins... Ceci par le miracle d'une visite à un incroyable dispositif ferroviaire, ayant nécessité des travaux titanesques, et qui n'aura servi que quelques décennies.

 Rien ne serait encore dit, s'il n'était fait mention de vieux et fanés documents s'échappant encore, de nos jours, de tiroirs entrouverts, dans des bureaux depuis longtemps abandonnés de cette gare. Alors jaillit le souvenir de quelque aventure délirante, appartenant à l'histoire sanglante du siècle achevé. De celles qui marquent le rêve et la folie des hommes. Gardons-en ici le secret.

 Grâce à la fiction de la lettre - mais celle-ci peut être réelle, cela ne change rien - plusieurs voix émanent, pour ainsi dire, du locuteur. La réussite de ce petit livre est là : elle tient à l'équilibre et à la discrétion de toutes ses composantes. Poésie ferroviaire, si l'on veut - quoiqu'en prose. Un point d'histoire, un point du monde...

 Le point aussi d'une vie d'homme, à la fois journaliste et poète et, comme nous tous, se demandant bien souvent comment identifier les fils qui permettraient de nouer tout cela en un. Le poème, peut-être...

Jean-Marie Perret.

 

 

 

 

Et Alain Kewes, l’éditeur :

  Poésie ? Nouvelle ? Essai ? Chronique ? Comme les précédents titres de Rhubarbe, peut-être avec plus d'acuité, même, cette Lettre de Canfranc est décidément inclassable. Pourquoi faudrait-il la classer ? L'entre-deux - entre combien au juste ? -, n'est pas pour rien dans le charme du texte. Il y a de la mélancolie, de la nostalgie, de la tendresse, du souvenir plein les yeux mais aussi du concret, de l'information à propos d'une gare étonnante certes, mais bien réelle. Il y a de la rêverie et de la parole, - c'est une lettre, on ne l'oublie pas, qu'un auteur adresse à une lectrice. Et cet auteur qui ressemble fort à Michel Baglin lui-même est tout à la fois poète, romancier, nouvelliste, essayiste et... journaliste. Impossible, c'est un comble !, de rendre compte en quelques mots de ces pages foisonnantes.

 Peut-être, après tout, en en revenant au voyage, à l'exploration, à la curiosité, à l'éveil... C'est encore trop. Un seul mot suffira : l'amour. L'auteur est amoureux du monde, de la vie. Jusque dans son effilochement. Qui ne le suivrait sur cette voie ?

  Michel Baglin (Prix Max-Pol Fouchet en 1988) a publié une vingtaine d'ouvrages, le dernier en 2004 au Cherche-Midi. Il a animé la revue et les éditions Texture et collabore ou a collaboré à de très nombreuses revues littéraires : Brèves, Poésie1/vagabondages, Décharge...

  Passionné par les trains et l'univers ferroviaire, il a plusieurs fois abordé ce thème dans ses livres, en particulier dans Entre les lignes ( la Table Ronde , 2002).

  Fervent défenseur d'une poésie du réel, du concret, au rebours de la conception traditionnelle de la poésie comme fuite, évasion, il s'en est expliqué dans les essais Poésie et pesanteur (1984) et La perte du réel (1998). Pour lui, le poème est le moyen le plus juste, le plus précis, de dire le monde, d'être au monde. Pour preuve, aussi, son recueil L'obscur vertige des vivants (Le Dé Bleu, 1994) qui se proposait de parler en poésie de physique, d'astronomie ou de chimie. Au-delà de la poésie, c'est le rapport de la langue aux choses, au réel, qui constitue le fondement de son oeuvre et anime encore La Lettre de Canfranc dans laquelle trois auteurs, le poète, le journaliste et l'épistolier mènent de front une séduisante enquête.

  Jean-Marie Tremblay, peintre et dessinateur auxerrois, qui a déjà illustré Moi aussi chez Rhubarbe, s'est à son tour inscrit dans une technique de rencontre et de croisement puisqu'il a choisi de travailler à partir de photographies de Serge Sautereau qu'il a détournées.Serge Sautereau enseigne la photographie à Paris et a réalisé de nombreuses expositions en France et à l'étranger.

 Plus d'informations sur le site : www.editions-rhubarbe.com

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Baglin Michel - dans baglinmichel
commenter cet article

commentaires