Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TEXTURE
  • : Site comprenant des comptes-rendus de lectures de livres: recueils de poésie, de nouvelles, romans, essais. Et diverses informations sur la vie littéraire.
  • Contact

LES AUTEURS

 

Recherche

REVUES & EDITEURS

Archives

Categories

23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 19:25

En hommage à Jacques Zabor


C'est à un comédien, Jacques Zabor (1941-2007), que Werner Lambersy rend hommage avec son dernier livre, qui porte pour titre le nom de cet acteur disparu en 2007.


Publié par Le Moulin de l'Etoile, cet ouvrage qui a fait l'objet d'un tirage limité à 100 exemplaires (et d'une seconde édition limitée à 70 exemplaires) est en fait composé d'un seul long poème accompagné d'illustrations de Tudor Banus, d'un dessin original de Otto Ganz, d'une notice biographique et d'une photo (ci contre) signée Louis Monier. « C'est par surprise qu'il est tombé dans la mort », écrit Werner Lambersy, dont plusieurs textes sont devenus des spectacles poétiques grâce au talent de celui qui a joué sur les planches et devant les caméras, mais aussi réalisé des mises en scène et conçu des spectacles.

 

« Une éclipse non prévue

L'a dérobé comme l'ampoule

D'une minuterie

Qui n'aurait pas compté assez

Large pour la vie. »

 

Quelque chose cependant tient tête à la mort, qui doit aux paroles portées, « quand face à face / Debout dans la force du texte / Il fait obstacle / de son art à l'horreur ». Et le poème d'assurer :

« Mais il est là

Comme l'eau dans un puits

Inépuisable

Que la poulie de la parole

La corde usée du souvenir

Et le reflet

Dansant au creux du seau

De l'épiderme

Peuvent seuls permettre

De monter

Jusqu'aux lèvres »

(Le Moulin de l'Etoile. 37, Le Gros Chêne. 41160 Busloup. 23 euros)

 

 
Au théâtre et au cinéma

 

Comédien, alternant plus d'une centaine de premiers et seconds rôles, Jacques Zabor a participé à une dizaine de films au cinéma et tourné pour la télévision une quarantaine de téléfilms ou séries.

De 1983 à 2003, au théâtre, il joue, notamment, sous les directions de : Claude Yersin (En attendant Godot) ; Jean-Claude Drouot (Kean - Le Misanthrope) ; Michel Dubois ; Gérard Desarthe (Le Cid) ; Dominique Ouéhec (Médée) ; Christian Schiaretti ; Solange Oswald ; Jean Danet ; Régis Santon ; Gérard Vergez ; Daniel Benoin ; Jean Bouchaud ; Martine Logier etc. Nomination aux Molières dans la catégorie « meilleur acteur dans un second rôle » avec Becket ou l'honneur de Dieu de Jean Anouilh ; Michel Roux (Soins intensifs de Françoise Dorin) ; Véronique Vella (La fausse suivante de Marivaux)...

En 2004 il a joué dans Souvenirs fantômes d'Arnold Wesker, mis en scène de Jacques Rosner, Le roi se meurt de Ionesco, mise en scène de Georges Werler (théâtre Hébertot, tournée Pascal Legros -Molière du meilleur spectacle privé en 2005) puis, en 2006, La dernière nuit pour Marie Stuart de Wolfgang Hiedelscheimer, adaptation et mise en scène de Didier Long.

Il a réalisé quelques mises en scène (Hugo, Goldoni, Ionesco, Mirbeau, L. Marie Sagnières...) et conçu des spectacles poétiques : Changer sa règle d'existence (René Char, Festival d'Avignon, 1990) ; La maison d'école (René Guy et Hélène Cadou, 1993) ; Architecture nuit (Werner Lambersy, Maison de la poésie, Paris, 1996) ; Les poètes (Louis Aragon, Les mots parleurs, 2002 -Valérie Delbore) ; Hommage à Louis Aragon, (journal L'Humanité) ; Pablo Neruda (Les mots parleurs) ; Rubis sur l'ongle et Maîtres et maisons de thé (Werner Lambersy, Les mots parleurs / Lire en fête, 2003) ; Tu dois accepter la loi générale du banal (Werner Lambersy - Printemps des poètes de Bourges, La Halle-St.-Pierre à Paris, Lourdes, Bruxelles... 2007) ; Festival de la correspondance de Grignan (Grignan, 2007) ; La parole en archipel (René Char, Saint-Vigor, 2007).

Jacques Zabor est également l'auteur d'une pièce, Le principe féminin, d'après les Mémoires de l'Abbé de Choisy et d'un recueil de poèmes, Champ nu (épuisé).

Photographie de Louis Monier

Partager cet article

Repost 0
Published by Baglin Michel - dans CRITIQUES
commenter cet article

commentaires