Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : TEXTURE
  • : Site comprenant des comptes-rendus de lectures de livres: recueils de poésie, de nouvelles, romans, essais. Et diverses informations sur la vie littéraire.
  • Contact

LES AUTEURS

 

Recherche

REVUES & EDITEURS

Archives

Categories

3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 22:39

Un plein de vide,
ou... le monde en creux

  

Ces « leçons de ténèbres » sont des invitations à descendre dans l'épaisseur : du sol, de la luxuriance végétale, et un peu sans doute aussi de soi. Géologie, botanique, art pariétal, sans oublier quelques variations sur la mécanique des fluides sont les passages empruntés par Bernard Dumortier, scientifique, chercheur  (communication animale, biologie) - et sans conteste écrivain - pour évoquer le monde et, indirectement, - presque « en creux » comme ces traces qu'ils ont laissées au fond des grottes ornées - des hommes... Un petit texte inclassable, donc, comme les aiment les éditions Rhubarbe et leur animateur Alain Kewes.

Si « l'homogénéité est rassurante », celle-ci n'est pourtant qu'une sorte de vue de l'esprit, car partout les convulsions du monde et des temps ont inscrit une histoire et des accidents dans la roche et la matière, comme ces boulets rouillés de pyrite de fer que l'on trouve dans les sols calcaires. Sous la surface, les humains peuvent aller chercher du sens, notamment dans les interpénétrations du plein et du vide, qui nous mènent à des frontières de langages, d'écritures. « De cet état naturel des choses où l'homogénéité première s'est laissé surprendre et envahir, nous dit l'auteur, la grotte est la parabole la plus grandiose car la double nature de ce qui s'y trouve est d'une autre étrangeté que le silex, la pyrite, pierre et minerai qui parasitent les reliefs de craie. Ici, c'est l'absence qui s'est installée au sein de la matière, dépossession pure et simple ainsi que dans une maladie dégénérative quand elle a évidé le cerveau, à ceci près que le vide dans la grotte, loin d'être l'agent d'un anéantissement, s'est entendu avec la matière pour inventer le décor profus dont il enferme au fur et à mesure le débordement, mais qu'il sait aussi mettre en valeur comme dans les salles d'un musée. »

Le sous-sol, lieu de « la sculpture par enlèvement », où l'eau infiltrée, les « forces minuscules et coalisées » des « machines fluides » que sont les gouttes et leur percolation ouvrent de perpétuels chantiers, la grotte donc, est le sujet principal de ce petit livre. « La grotte, qui va vers son comblement inéluctable, mérite une célébration, un service funèbre à sa mémoire, par anticipation en quelque sorte. » Interpénétrations du plein et du vide, toujours. Car ces évocations des sols, sous-sols, luxuriance végétale, épaisseur de la matière, etc. peignent en fait un « paysage avec figure absente » et nous parlent de l'homme par défaut. Comment est le monde quand on ne le regarde pas ?

L'humain pourtant, est là comme une trace, dans ces peintures rupestres laissées derrière lui (et comme s'il s'était retiré). « S'il s'était enfoncé si loin dans la grotte, jusqu'à des recoins où les bêtes fouineuses mêmes ne vont pas, c'était pour mettre une distance avec ce qui, à l'extérieur, était confus et incontrôlable, avoir prise aussi sur les événements et sur les êtres qui, de toute éternité l'avaient contraint à composer avec leurs cycles ou leur fureur. Ici, la nuit et le silence ne duraient qu'autant qu'il le voulait, il commandait aux créatures, devenait par l'image le maître de leur course ou de leur immobilité. Il s'essayait à la domestication et découvrait le désir de puissance. »

  Au fond de la grotte, s'il n'y a pas le jeu platonicien des ombres et des idées, il y a bien ce retrait qui est la posture du créateur, de l'artiste : un mur qui est une page blanche pour mieux comprendre (prendre, emporter avec soi) et s'approprier le monde.

Voilà un petit livre aussi étonnant que jubilatoire, dont on regrette seulement d'arriver trop vite au terme, en quelque soixante pages.

 Editions Rhubarbe. 4, Rue Bercier. 89000 Auxerre. 6.50 euros )

Michel Baglin

Partager cet article
Repost0

commentaires