Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TEXTURE
  • : Site comprenant des comptes-rendus de lectures de livres: recueils de poésie, de nouvelles, romans, essais. Et diverses informations sur la vie littéraire.
  • Contact

LES AUTEURS

 

Recherche

REVUES & EDITEURS

Archives

Categories

7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 23:52

Deux prix pour la nouvelle et la poésie

 Organisés par l'Atelier Imaginaire et décernés sur manuscrit, le prix Prométhée (nouvelle) et  le prix Max-Pol Fouchet (poésie) sont destinés à promouvoir des talents nouveaux dans des genres réputés difficiles. Ils jouissent du soutien actif de nombreux écrivains de premier plan appartenant à toute la Francophonie. Ces concours n'ont aucun but lucratif ; la sélection des ouvrages se déroule dans le plus strict anonymat. Les manuscrits primés sont édités. Ces deux concours sont ouverts depuis quelques jours.


Les membres des deux jurys se réunissent à Paris. Ici en 1996. (Photo Jean-Pol Stercq)


Pour 2008, Les jurés internationaux ont attribué le prix Prométhée à La Sieste des hippocampes de Gilles Verdet (Editions du Rocher) et  le prix Max-Pol Fouchet à Ciels de traîne d'Adrien Montolieu (Editions du Castor Astral).


Les concours sont ouverts.
D'ores et déjà, le 28e concours de poésie Max-Pol Fouchet est ouvert. Le jury international composé de Marie-Claire Bancquart, Claude Beausoleil (Québec), Jean Bertho, Eric Brogniet (Belgique), Georges-Emmanuel Clancier, Seyhmus Dagtekin (Turquie), Sylviane Dupuis (Suisse), Guy Goffette (Belgique), Vénus Khoury-Ghata (Liban), Anise Koltz (Luxembourg), Werner Lambersy (Belgique),  Jean-Pierre Lemaire, Charles Le Quintrec, Jean-Michel Maulpoix, Bernard Mazo, Jean Métellus (Haïti), Luis Mizon (Chili), Claude Mourthé, Pierre Oster  et André Schmitz (Belgique) accordera son parrainage à un poète francophone inconnu ou méconnu.
Le 23ème concours Prométhée de la nouvelle est également ouvert. Son jury composé d'Alain Absire, Marie-Louise Audiberti, Michel Baglin,  Christiane Baroche, Marie-Claire Blais (Québec), Jean Claude Bologne (Belgique), Rachid Boudjedra (Algérie), Jacques Chancel, Georges-Olivier Châteaureynaud, Régine Detambel, Abdelkader Djemaï (Algérie), Nedim Gürsel (Turquie), Alain Kewes, Martine Le Coz, Jean-Luc Moreau, Patricia Reznikov, Ghislain Ripault, Marie Rouanet et Joël Schmidt accordera son parrainage à l'auteur inédit d'un recueil de nouvelles d'expression française.
Renseignements en échange d'une enveloppe timbrée (ou coupon-réponse international) : Atelier Imaginaire - BP 2 - 65290 Juillan (Fr) ou http://www.atelier-imaginaire.com .

Des jeunes dans l'amitié des livres
Aider les écrivains par la création de deux prix littéraires, dont la renommée est aujourd'hui assurée, ne suffisait pas à l'infatigable animateur de l'Atelier imaginaire, Guy Rouquet  qui, bientôt, multiplia les animations culturelles autour de la remise des prix, puis y invita les jeunes lauréats du Concours général : ainsi naquirent La Décade littéraire et l'opération "2000 jeunes pour l'an 2000", qui se renouvellent chaque année, en octobre, à Lourdes, Tarbes, et parfois dans les communes alentour.
Ils furent près de 300 certaines années, invités par l'Atelier imaginaire et ses partenaires durant cinq jours au pied des Pyrénées. Ils sont moins nombreux - restrictions de subventions obligent - mais ces jeunes qui vont cotoient leurs camarades venus de toute la France, de nombreux écrivains et artistes et découvrent représentations théâtrales, récitals, expositions, conférences, débats, etc. - y font toujours de belles vendanges d'amitiés et de souvenirs. Le menu de ces « journées magiques » est en effet copieux, qu'il s'agisse de récitals, de concerts, de théâtre, de lecture, de chansons, d'expositions ou de débats. Sans oublier bien sûr, le dimanche au Palais des congrès de Lourdes, la remise des prix. Ces rencontres et spectacles complètent un programme d'animation en milieu scolaire et sont ouverts au public. Leur but est de « ménager des passerelles entre les arts et les gens ». Les jeunes invités y connaissent pendant presque une semaine, des moments chaleureux de discussions et de complicité dans la passion des livres et de la littérature.


  Des rencontres et des débats avec les jeunes. Jean-Pierre Lemaire, M.B. Amina Saïd et Werner Lambersy (Photo J-P. Stercq)


 

 

 

   Un candidat devenu juré...

Je ne sais plus qui m'avait demandé mon témoignage d'ancien lauréat du prix Max-Pol Fouchet. Je l'avais rédigé il y a quelques années déjà et le propose ici, pour souligner l'esprit qui préside à aux réunions des deux jurys et, surtout, pour inciter d'éventuels candidats à participer à ces deux concours.


  En compagnie d'André Schmitz, Daniel Gélin et Guy Goffette. (Photo J-P. Stercq)


 
"Surprise. Un coup de fil de Guy Rouquet m'informe que mon manuscrit a été retenu par le jury régional. Il sera donc soumis, avec quelques autres, aux jurés internationaux du prix Max-Pol Fouchet. Peu enclin à participer à ce type de "compétition" (ce n'était que mon deuxième essai), mais séduit par la garantie d'anonymat qu'il offrait, je l'avais envoyé à l'Atelier imaginaire sans trop y croire. A telle enseigne que je l'avais adressé entre temps à un éditeur, qui l'avait accepté!

 


Le compte à rebours avait commencé, il devait s'achever sur un second coup de téléphone de Guy Rouquet m'annonçant que j'étais le lauréat de cette année 1988. Après quelques corrections demandées par des jurés attentifs, mon recueil, Les Mains nues, allait donc paraître aux éditions de l'Age d'homme, préfacé par Jérôme Garcin. J'étais évidemment ravi. Ce n'était certes pas mon premier recueil poétique, ni ma première publication, mais la reconnaissance de lecteurs anonymes, puis d'écrivains prestigieux, me donna, comme le déclara un autre lauréat quelques années plus tard, "l'intime conviction de pouvoir continuer". Et, plus que le "coup de projecteur" porté momentanément sur un livre, telle est bien la première vertu d'un prix comme celui-ci.
D'autant qu'une invitation à la Décade de l'Atelier imaginaire l'accompagnait et que j'allais rencontrer à Lourdes des écrivains et des artistes devenus depuis des amis. Les lauréats du Concours général invités dans le cadre de l'opération "2000 jeunes pour l'an 2000", les comédiens, les musiciens, les chanteurs, les poètes, les nouvellistes, les romanciers, les bénévoles de l'Atelier, comme les multiples spectacles proposés, les conversations engagées au hasard des tables et des repas pris en commun, ou les discussions poursuivies tard dans la nuit à l'hôtel Alba, composaient une ambiance passionnée et chaleureuse, épargnée par les mondanités entachant généralement ce genre de manifestations. Bon enfant, l'atmosphère me convenait.

Aussi, comme beaucoup d'autres, ai-je inscrit sur mon agenda automnal un pèlerinage lourdais qui ne comprend pas de dévotions, mais une immersion bienfaisante dans un bain de cultures et, surtout, d'amitié. Pas question de me priver de la conversation de Vénus, de Martine, de Jean-Pierre ou d'Alain. Ni des histoires de Christiane! De l'humour de Christian et d'Abdelkader. Des propos échangés avec ses voisins, dans le car, entre deux spectacles! De rater une anecdote de Werner, un coup de gueule de Guy! De me passer de cette ferveur des échanges à la terrasse de cafés devenus soudain littéraires, accoudé au comptoir avec Rachid, Luis ou Hélène.
Être entré dans le jury depuis quelques années n'a rien changé, pour moi, à tous ces bons moments. Sinon que d'autres s'y sont ajoutés, ceux de nos retrouvailles plus intimistes à Paris et de délibérations parfois serrées où la passion des uns et des autres mêle la défense des paroles riches de vie à la fête des mots. Avec scrupule et honnêteté, je crois. Ce qui, bien sûr, est la moindre des choses lorsqu'on est placé sous l'égide de Max-Pol Fouchet..."


Michel Baglin  


 

    La bonne humeur règne parmi les jurés. De gauche à droite: M.B., Patrice Delbourg, Christiane Baroche, Marie-Claire Bancquart. (Photo Jean-Paul Stercq)



Partager cet article

Repost 0
Published by Baglin Michel - dans INFOS PRATIQUES
commenter cet article

commentaires