Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TEXTURE
  • : Site comprenant des comptes-rendus de lectures de livres: recueils de poésie, de nouvelles, romans, essais. Et diverses informations sur la vie littéraire.
  • Contact

LES AUTEURS

 

Recherche

REVUES & EDITEURS

Archives

Categories

2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 22:20

Ecrit "à l'envers des nuages"

Georges Cathalo vient de publier, chez Michel Cosem, à l'enseigne d'Encres vives, une plaquette intitulée « A l'envers des nuages » (« Il y a toujours mille soleils à l'envers des nuages », dit un proverbe indien, cité en exergue), après avoir donné, chez le même éditeur, « L'échappée », en 2006.

Qu'ils soient constitués de vers brefs, de lignes de prose ou de versets, tous les poèmes qui composent cet ensemble, comportent le mot « nuages ». Au pluriel de préférence, car l'approche est multiple de cet ange des métamorphoses. Mais la fascination est une, qui s'éprend des formes diverses, « passions et dissipation », « barques dans un océan vide », voile sur des prairies de montagne...
Qu'ils se déclinent en divers paysages pyrénéens ou s'associent aux thématiques du désir, de l'enfance, du silence, les nuages sont d'abord et surtout la figure du temps. Sa fuite court partout, en filigrane, dans chacun de ces poèmes et constitue leur fil rouge. Aussi l'apostrophe aux nuages, au centre du recueil, s'articule-t-elle sur un leitmotiv : « vous passez ».

Georges Cathalo, qui a publié plus d'une vingtaine de plaquettes depuis « Salves », prix Voronca 1979, est un critique littéraire, prolixe, qui donne de nombreux articles et des chroniques à diverses revues. Il est aussi l'auteur de recueils et de compilations de formes brèves, qu'il affectionne particulièrement. Ainsi nous a-t-il réjouis de ses « Brèves d'ovalie ». Avec « A l'envers des nuages » il renoue avec sa veine la plus féconde, la poésie. Une occasion de revisiter son œuvre dans le dossier qui lui est consacré ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by Baglin Michel - dans CRITIQUES
commenter cet article

commentaires